Nouveau texte gratuit à découvrir!

gratuit

Nouveau texte gratuit à découvrir!

 

Bonjour les amis! Aujourd’hui, je partage avec vous un nouveau texte gratuit! Il s’agit d’un prologue relativement court, qui « présente » quelque peu le roman à venir. Le titre d’écriture, titre provisoire donc, est « La dernière bibliothèque », mais vous l’aurez compris, il n’est pas du tout certain que cette appellation reste à terme^^ Ce texte était disponible uniquement sur Scribay jusqu’à aujourd’hui, j’ai eu l’occasion de le retravailler et j’avais envie de l’ajouter au site.

« La dernière bibliothèque », sera un roman difficile à classer pour moi, qui ne suis pas forcément fan des catégories, où tout semble un peu fermé. Pour vous donner tout de même un ordre d’idée, l’histoire se déroulera au 24e siècle, longtemps après une catastrophe qui changea à tout jamais la face du monde. Je ne suis donc pas franchement dans un monde « post-apocalyptique », mais plutôt dans celui d’après, quand la vie est revenue, ainsi que les civilisations, les codes, les croyances etc. Je mets en avant deux héros principaux dans cette histoire, Maco et Palome. Je vous laisse les découvrir dans le prologue suivant…

Ce texte est disponible à tout moment dans la galerie des textes gratuits.

A bientôt!


PROLOGUE: LA DERNIÈRE BIBLIOTHÈQUE

 

Au 24e siècle, l’Europe a oublié depuis longtemps l’origine du cataclysme qui a englouti la moitié du monde sous les eaux. La folie des humains, et d’un homme en particulier, qui, grâce à une technologie très avancée, fut capable de contrôler la nature. Il avait décidé de favoriser certains pays de son choix, en détruisant les autres.

De nombreuses catastrophes naturelles s’abattirent alors sur le monde, des semaines durant, sans la moindre explication. Jusqu’à ce que cet homme dépasse toute limite et décide de noyer les nations devenus inutiles à ses yeux. Alors que les séismes, les tempêtes et les volcans déployaient toute l’étendue de leur puissance, l’eau se déversa sur les terres d’Europe. Une quantité d’eau phénoménale venue du ciel, arrosait d’un flot continu l’ensemble du continent tel un déluge biblique. Les terribles bouleversements qui s’étaient acharnés pendant des mois à détruire le monde avaient condamné de nombreuses régions, où l’air était devenu toxique, irrespirable.

Le traumatisme des humains suite à ce désastre les poussèrent à abandonner la technologie et même à la détruire. Les marques de cette époque insensée devaient disparaitre afin d’effacer des mémoires cette folie, et de panser les plaies plus rapidement.

Au fil des siècles cependant, les humains s’adaptèrent et de nouvelles nations virent le jour. Plus modestes que les anciennes, elles se bornaient à des villes et des villages, regroupés dans des zones sans danger. La nouvelle Europe, à demie engloutie et débarrassée de toute technologie moderne, avait perdu plus d’un siècle de savoir en quelques années, pour en arriver là.

* * *

 En l’an 2377, un nouveau gouverneur fut nommé à la tête de Goyane, une ville prospère de Caryosol, région également appelée Europe du sud. Il s’appelait Rémio Socca et avait de l’ambition pour sa ville. Son projet consistait à développer Goyane et créer le premier royaume de la nouvelle Europe. Il cherchait le moyen de parvenir à ses fins et trouva la solution lorsque des patrouilleurs ramenèrent en ville le dernier Chercheur, connu sous le nom de Sistrace. L’apôtre des démons fut conduit en prison avec ce qu’il restait de sa famille. Dans le secret le plus total, il fut torturé, car le gouverneur Socca désirait ardemment connaitre l’emplacement de la dernière bibliothèque, la plus grande, selon la rumeur :

_ Il est important, nécessaire, que tu comprennes, Chercheur, que je ne souhaite pas détruire ta précieuse bibliothèque, affirma le gouverneur Socca.

_ Vous me torturez pourtant pour savoir où elle se trouve, répondit Sistrace.

_ Oui, parce que tu ne réponds pas alors qu’il me faut cette information.

_ Vous avez mis du temps à descendre dans ces cachots, l’information que vous recherchez ne doit pas être si importante à vos yeux.

_ Et vous, vous mettez du temps à répondre à cette simple question, vos enfants ne doivent donc pas être si importants que cela à vos yeux. Depuis combien de temps ne les avez-vous pas vu, trois mois ?

_ Arrêtez, vous n’obtiendrez rien de moi en appuyant sur la corde de mes enfants. Ils ne savent rien de mes activités et pensent que je suis marchand, vous vous fatiguerez avant de leur tirer la moindre indication.

_ Cela, je le sais, Chercheur. De plus, tu sauras que je ne suis pas un homme qui blesse les enfants. Seulement, la nuit, ils entendent tes cris, ils ressentent certainement ta douleur et je me demandais combien de temps encore tu leur ferais endurer cette souffrance.

_ Que dites-vous ? demanda Sistrace avec des yeux ahuris.

_ Ils s’inquiètent tellement. Ils sont si affligés de connaitre la vérité sur leur père, comment te dire, Chercheur, ta torture est la leur et tant que tu résistes, ils souffrent.

Sistrace prit note du stratagème du gouverneur, et se mit à mépriser intérieurement cet homme plus qu’aucun autre auparavant. Il serra les poings et ferma les yeux une seconde pour se rappeler les joues rondes et roses de Palome, sa fille. Il prit une seconde de plus pour revoir les traits fins de Maco, son fils, et il l’imagina en train de serrer sa petite sœur contre lui. Ils étaient tout proches, à l’étage supérieur peut être. Résolu à en finir rapidement, il décida de tenir tête à Socca :

_ Tu perds ton temps, prolonge notre supplice aussi longtemps que tu le voudras, jeune gouverneur, je ne te dirais rien.

_ Quel entêté, c’est dommage, tu aurais pu appartenir à un grand projet. Si tu ne me délivres pas d’information, tu deviens inutile.

_ Que voulez-vous dire ?

_ Tu seras pendu ce soir sur la place centrale de la ville. Le gouverneur Socca entre dans l’Histoire en exécutant le dernier démon. Ton corps sera ensuite brulé et tes deux enfants seront aux premières loges pour regarder le mal mourir à mes côtés.

_ Non pas ça. Quel grand projet ? demanda le condamné.

_ Adieu, Chercheur.

Le gouverneur Socca tourna le dos à son prisonnier puis remonta les escaliers en pierre qui menaient à la caserne. Contrarié, il réfléchissait déjà aux recherches qu’il faudrait entreprendre pour retrouver cette fameuse bibliothèque. Aucune autre ville dans toute l’Europe n’accepterait de l’aider, il connaissait déjà la position de ces dernières sur le sujet. Les recherches seraient donc clandestines et dangereuses. Mais surtout, elles seraient longues, et rien ne garantissait qu’elles aboutissent un jour. Le soir même, Sistrace agonisait au bout d’une corde mais ne quittait pas des yeux ses enfants, alors âgés de trois et six ans. Quel souvenir gardera Maco de cette soirée? Palome quant à elle, n’en aura aucun, elle ne se souviendra pas de lui.

Socca ne put se résoudre à éliminer les enfants du Chercheur et ne voulait pas non plus les abandonner, au risque qu’ils soient récupérés par de quelconques adorateurs. Les adorateurs des démons, il le savait, n’hésiteraient pas à prendre ces gamins pour en faire des idoles. Le danger était que la tradition se perpétue, sans qu’il ne puisse jouir des secrets du passé. Dans le but de garder la mainmise, il adopta les deux enfants et les éleva comme s’ils étaient les siens.

Socca était persuadé qu’un jour ou l’autre, l’un des enfants le mènerait aux portes de la dernière bibliothèque. Il lui suffisait de s’assurer de leur loyauté et de leur fidélité. Pour ce faire, il opta pour l’amour, et non la crainte, en homme avisé, car la peur n’inspire que la révolte à terme. Ainsi, tout au long de leur éducation un brin sévère, Socca le stratège inonda ses protégés d’attentions, de cadeaux et de bons soins. La parfaite illusion de cet amour paternel, dans laquelle furent bercés les jeunes Maco et Palome, permit au gouverneur d’avoir auprès de lui des descendants aimants et dévoués. Leur existence publique rappelait aussi en permanence au peuple que Socca le Bon, surnom qu’il adorait entendre, avait exterminé le dernier démon. Ce haut fait lui valait l’admiration de sa ville et des villages alentours, et le respect des autres cités de Caryosol. Le jeune gouverneur avait une certaine légitimité et sa voix comptait désormais. Tout ça grâce à la présence à ses côtés des deux fruits démoniaques purifiés et ramenés à la raison par ce père adoptif et bienveillant.

Pendant des années, il joua ce rôle à la perfection, pendant qu’il menait à bien l’organisation de ses recherches, dans le plus grand secret. Maco et Palome grandissaient et leur père les invitait de plus en plus régulièrement aux réunions confidentielles des équipes de renseignements. Aux yeux des enfants, ces gens-là étaient des héros. Eux-mêmes voulaient devenir héroïques et faire la fierté de leur père, alors ils s’investissaient corps et âmes dans tout ce qui comptait pour lui.

Maco, qui devenait grand et vif, s’illustrait à l’épée mais s’intéressait aussi aux chiffres et aux stratégies militaires. Des domaines qu’il aimait sincèrement mais qui ne servaient qu’à plaire à ce père à la fois bon et indéchiffrable. Il redoublait d’efforts pour l’atteindre. Les même raisons poussaient Palome à jouer de la musique, à danser ou à se distinguer parmi les meilleurs cavaliers de la région. « La meilleure cavalière, toujours est-il.», répétait Socca avec une fierté non dissimulée face aux prouesses de sa protégée. Il savait qu’en la mettant quotidiennement sur un cheval dès ses cinq ans, elle deviendrait une gagnante. Palome n’avait reculé devant aucun sacrifice ni aucune douleur pour atteindre les objectifs de son père. Avec son frère, ils avaient tout enduré pour se faire accepter de la ville, et plus important, toucher le cœur du gouverneur. Tous deux voulaient plus que tout au monde obtenir sa reconnaissance et sa confiance. Ils auraient fait n’importe quoi pour lui et attendaient avec impatience le jour où ils pourraient faire leurs preuves.

 

Angélique Leydier


Ce texte gratuit vous a plu? Alors partagez-le ou commentez-le!

A bientôt

Angie

L’art-détente, ou comment se relaxer autrement!

L'art-détente

L’art détente, ou comment se relaxer autrement!

Bonjour les amis! Aujourd’hui je souhaites parler avec vous d’une expérience fabuleuse à partager: l’atelier art détente. Attention, à ne pas confondre avec l’art thérapie, discipline qui demande des études, une formation à la psychologie etc. L’art détente, sous forme d’ateliers simples, ludiques et accessible aux débutants, vous propose une chose: la relaxation! Alors on oublie l’aspect psy, l’analyse de son chef d’œuvre et tout ça, place au plaisir, à l’évasion et au partage!

En effet, bien que l’on puisse tout à fait pratiquer seul, l’atelier d’art détente à pour vocation d’être vécu à plusieurs, dans le partage et l’échange. Pour autant, il ne s’agit nullement d’une compétition ou d’un concours, il n’y a pas de gagnant ou de meilleur élève car en fait, il n’y a pas d’élève. Seules quelques techniques de bases peuvent être enseignées, car le but n’est pas ici d’apprendre, mais bien de se détendre.


A la découverte de la matière et des sensations…

Le toucher sera votre meilleur ami dans un atelier d’art détente! En effet, c’est grâce à ce sens que l’aventure commence… Le contact avec la matière choisie, l’argile par exemple, est primordial et se fait en deux temps:

Le premier pour découvrir, toucher, palper, enfoncer ses petits doigts^^ Sentir aussi, car l’argile a une odeur particulière. Il ne faut pas avoir peu de se salir les mains! L’argile, au début, est toujours une matière dure, compacte, qu’il faut amadouer en la malaxant. Un exercice qui requiert un peu d’énergie^^ C’est la parfaite occasion pour se défaire des tensions qui pèsent sur le moment, en les transmettant dans ses gestes. Cela procure une sorte de bien être tout simple. Comme l’impression de pouvoir se défouler. Et cela sans violence ni stress. Ce premier temps permet de relâcher la pression en début d’atelier, et à bien préparer l’argile. Devenue plus souple, elle est prête à être manipulée!

Le second pour modeler, créer et s’évader. Le premier contact avec la terre étant établi, les tensions sont évacuées. Il s’agit maintenant de créer un petit quelque chose avec son bout d’argile! Abstrait, figuratif, pratique, peu importe… Que vous ayez envie de représenter un léger souffle de vent sur la colline de vos pensées, ou bien creuser une boule pour faire un cendrier, libre à vous, ce qui compte, c’est la création. Et surtout, le moment, accompagné d’une douce musique, à pouvoir parler ou se taire, échanger avec les autres sur les ressentis de chacun etc. Ce temps est dédié au voyage, à la relaxation, à l’expression. Les sensations comptent bien plus que le résultat, et elle sont multiples^^ Durant ce temps, on est libre de construire et détruire, recommencer, réfléchir ou même se contenter de malaxer pensivement. Si la magie opère, alors vous allez passer un excellent moment de détente, et partir loin dans vos pensées!


L’échange, l’une des clés de l’art détente.

L’un des buts d’un atelier d’art détente est de faire se rencontrer, ou mieux se connaitre, des gens de tous horizons. Des collègues de travail, des amis, une famille, des inconnus… Les débutants sont plus que bienvenus, car la découverte des matières n’en sera que plus grande! Les confirmés n’apprendront hélas rien mais passeront quand même un excellent moment consacré à la relaxation! Le contact avec la matière ne suffit pas, alors place au contact avec l’autre. L’autre, que l’on connait peut être, plus ou moins bien, voire pas du tout, à qui l’on va peut être s’adresser pour la première fois. Dans le cadre d’un atelier d’art détente, ce contact est non seulement facilité, mais aussi privilégié, car hors des codes ou normes d’une réunion formelle, par exemple.

Au cours d’un atelier d’art détente, chaque participant à le droit de s’exprimer, dans le calme, et ainsi de découvrir les personnes autour de lui. Des présentations moins conventionnelles, sans pression et en toute simplicité, dans le but de mettre tout le monde à l’aise. Encore une fois, il ne s’agit pas d’un concours^^

Enfin, partager ses émotions, ses impressions, est une expérience très intéressante, qui permet de voir les autres sous un jour différent. C’est une expérience bénéfique qui offre la possibilité de se découvrir des points communs. Une façon originale de tisser de nouveaux liens, ou de les créer.


Que propose ce genre d’ateliers?

Les activités proposées dépendent bien entendu de la personne qui anime l’atelier^^ Personnellement, dans le projet que je mets en place, je propose trois activités différentes: l’argile, le dessin et l’écriture. Des disciplines très différentes, qui offrent des possibilités variées et qui répondent à des envies ou des besoins variés également.

Il faut compter 3 heures voire 4 heures pour un atelier argile. Comme j’ai choisi ce matériaux pour illustrer l’article, vous comprenez pourquoi. L’argile, c’est particulier^^ Pour le dessin comptez 3 heures et pour l’écriture 2 heures suffisent amplement.


Cet article vous a plus? Alors partagez-le ou commentez-le! 🙂

A bientôt

Angie

 

 

Découvrez moi dans deux nouvelles interviews!

Découvrez moi dans deux nouvelles interviews!Découvrez moi dans deux nouvelles interviews!

Julie et Alexia m’ont donné l’opportunité de répondre à leurs questions!

Bonjour les amis! Je me suis trouvée fort occupée ces derniers temps et je n’ai pas vu le temps passer, presque un mois sans article! C’est long! Aujourd’hui je réunis pour vous mes deux dernières interviews réalisées par des blogueuses super sympas!

J’ai simplement répondu aux appels à interviews, Julie et Alexia m’ont ensuite envoyé leurs questions. Bien sûr ces deux blogueuses mènent leurs activités indépendamment, il ne s’agit pas ici d’un duo^^ Mais tout bêtement, les deux interviews sont sorties avec un seul jour de différence^^

L’interview, un bon moyen de s’exprimer!

C’est toujours un plaisir de répondre aux questions des blogueuses qui acceptent de m’interviewer, car ça me permet de me présenter et de parler de mes activités ou de mes projets. Le grand intérêt est que d’autres personnes, que je ne connais pas, vont lire également ces interviews^^ C’est une aide vraiment très sympathique pour se faire connaitre un petit peu 🙂 . Je remercie Julie et Alexia pour cette opportunité!

Je vous propose de découvrir sans plus attendre l’interview réalisée par Julie, sur son blog : JE VAIS VOIR CA!

Et maintenant l’interview réalisée par Alexia, sur son blog: JE VAIS VOIR CA!

J’espère qu’elle vont auront plu autant qu’à moi! 🙂

Encore merci, Julie et Alexia, pour votre intérêt, votre temps et votre super travail!


Suivez l’actualité de Julie sur son Blog! , et son compte Twitter!

Suivez également l’actualité d’Alexia sur son Blog! , son compte Twitter!   et sa page Facebook!


Vous avez aimé cet article? Alors partagez-le ou commentez-le! 🙂

A bientôt!

Angie

Un mois d’auto-édition: le bilan!

Un mois d'auto-édition: le bilan!

Un mois d’auto-édition: le bilan!

Bonjour les amis! Aujourd’hui je reviens sur le mois passé pour vous livrer mes impressions!

Et bien oui, mon premier roman « L’Ombre des sentiments » est sorti le 15 Février 2017, il est donc temps de tirer les conclusions de ce premier mois! Je ne ferais pas ça tous les mois rassurez-vous mais le premier, il compte^^ Je vais vous raconter un peu ma vie d’auteur, mes découvertes, mes joies et mes déceptions. Je ferais un petit topo de mes projets également en fin d’article.

Une chouette aventure!

Non, je n’ai pas signé chez Gallimard ou Albin Michel, non mon premier roman ne sera jamais un best-seller et non, je n’ai pas reçu d’invitation chez Ruquier, mais! Mais, oui mon roman est bel et bien sorti, en ebook et en papier. Oui j’en ai vendu, et oui j’ai rencontré des gens vraiment intéressant^^ Comment vous dire, je ne regrette pas mon choix et encore moins ma décision de me lancer.

Grâce à des sites comme Amazon et Thebookedition, j’ai pu publier mon livre facilement. Je précise que j’ai longuement cherché et que je me suis bien renseignée avant de commencer, d’où la relative facilité. J’étais fière de moi, au moins, c’était fait, acté, mon livre existait!

Bien évidemment je disposais d’ors et déjà d’une page Facebook et d’un compte Twitter, du coup j’ai pu en parler avant et tout de suite à la sortie! Il est très important d’avoir au moins l’un des deux pour communiquer. Personnellement, je trouve Twitter bien plus vivant…

Un mois d'auto-édition: le bilan!

Les proches au rendez-vous!

Une chose qui m’a vraiment ému, mes proches (ou moins proches d’ailleurs) ont été là pour moi! Je ne compte pas 15000 personnes dans mon entourage mais je peux me féliciter d’avoir des gens adorables et présents. Je les remercie bien fort!

L’entourage est important, il peut vous faire passer d’un état « pessimiste complet » à « convenablement optimiste » rien qu’avec des mots et leur gentillesse 🙂 . Sans ma môman et mes coupines, j’aurais abandonné, en grande froussarde que je suis. J’ai réalisé que toute seule dans mon coin, je ne servais pas à grand chose, puisque incapable de bouger. Leur soutien m’a aussi permis de réaliser qu’en fait, j’y arrive, j’en suis capable et je n’ai pas envie de m’arrêter. Merci encore!

Les nouvelles rencontres!

Car tout le sel est là! Ou le piment comme vous préférez! Grâce à Twitter principalement, j’ai rencontré des tas de gens intéressant comme je vous le disais au début de l’article. Des auteurs, des lecteurs, des blogueurs, des artistes… Une joyeuse communauté, active et sympathique, qui papillonne autour des livres, donne ses avis, commentent, aiment, discute! Leur engouement est communicatif et l’envie de s’en mêler est grandissante. Une communauté stimulante donc, qui aide et aime les auteurs indé, auto-édités et que fait vivre cette activité.

J’ai postulé à 2 interviews déjà et l’une des deux a été réalisée, merci à Amandine du blog amabooksaddict pour cette opportunité^^

Voir les livres des autres, les lire, découvrir leurs projets etc. est vraiment, je me répète, stimulant! Se retrouver avec d’autres auteurs est bien sûr enrichissant, parfois impressionnant, mais aussi rassurant. Et oui, on est pas tout seul à ramer dans l’océan de l’auto-édition^^

Les joies et les déceptions

Je commence par quoi? Les joies ou les déceptions? Bon allez, les déception afin de garder le meilleur pour la fin 🙂 . J’avoue ne pas en avoir eu beaucoup, donc ce sera bref. Ma principale déception est venue de la couverture de mon livre, L’Ombre des sentiments, version papier. En effet, je n’en suis pas très satisfaite et quand je l’ai eu dans les mains j’ai cru que j’allais pleurer tellement le résultat était loin de ce que j’avais imaginé. J’imaginais une jolie couverture fidèle à celle que j’ai crée, avec les contrastes, en brillant… bon elle est mat, trop foncée bref, si je continue je vais chialer XD. A part ça, ça va et puis j’ai fini par (presque) l’accepter comme elle est^^

Passons aux joies! La publication de mon livre, en soi, a été une source de joie intense! La réponse positive des mes proches également! Le fait de pouvoir expliquer ce que je fais dans la vie aussi, enfin, entre autres choses, je suis timide alors je manque de spontanéité mais petit à petit j’en parle autour de moi. Je suis plus douée à l’écrit qu’à l’oral 🙁 . J’y travaille, mais c’est difficile, cela dit, ce n’est que le début, un mois ce n’est rien alors je ne me fais pas trop de souci de ce côté là.

Joie encore quand je vois que j’ai presque terminé les illustrations de Tchouk et Bou, ma saga fantastique jeunesse. Cela veut dire que bientôt je pourrais publier le tome 1^^

Joie pour finir, avec les retours des gens, pour mon livre ou pour mes textes gratuits ou encore pour mes dessins. Je n’en n’ai pas des tonnes mais ils sont tous positifs et ça fait plaisir 🙂 .

Les projets

Pour finir cet article, je vais évoquer avec vous mes projets à venir. D’une part, il y a « Tchouk et Bou: Amis pour la vie », dont la sortie du tome 1 est prévue pour avant Juin (oui je sais, c’est vague). Si vous me suivez, vous êtes déjà au courant 😉 . Si vous avez des enfants autour de vous, ils aimeront forcément Tchouk et Bou 🙂 .

Ensuite, il y a un nouveau projet entrain d’éclore: une série! Comme une série télé mais à l’écrit. Ce format revient à la mode et je suis une grande fan de série, je travaille donc en ce moment à sa création. Je suis dans la phase de recherche, de construction, c’est très excitant! Évidemment, je vous tiendrez informés de l’évolution et je consacrerais un article pour tout bien annoncer, le thème, l’ambiance, les héros etc. Pour l’instant, je peux dire que la saison comptera 10 épisodes^^

Un mois d'auto-édition: le bilan!
(c)2017 A.Leydier

Voilà un bilan plutôt positif de ce premier mois d’auto-édition, et plein d’autres suivront!

C’est terminé pour cette fois, si vous avez aimé cet article partagez-le ou commentez-le! 🙂

A bientôt

Angie

 

 

Les aventures de Tchouk et Bou: tout un projet!

Bonjour les amis!

Dans l’article d’aujourd’hui, je vais vous présenter mon grand projet depuis des années, celui qui me tient particulièrement à cœur et que je garde au chaud en le peaufinant toujours plus^^

Il s’agit d’une saga fantasy pour enfants, intitulée « TCHOUK et BOU », qui met en scène une petit garçon et un bébé dragon, dans un univers vaste qu’ils vont découvrir en même temps que les petits lecteurs et/ou leurs parents! Le garçon s’appelle Tchouk et bien sûr, Bou est le dragon.

Au jour d’aujourd’hui, 2 tomes sont terminés, et un troisième est en cours d’écriture! La couverture du tome 1 est également terminée (réalisée de manière artisanale par mes soins)!

Le mois prochain, il sera disponible à la vente mais bien avant cela, permettez moi de vous en parler un peu plus^^

C’est mon fils, au départ, qui m’a inspiré le personnage de Tchouk. Vous allez peut être rire, mais le dragon, lui, a été inspiré par notre chienne! Lorsque j’ai commencé à écrire, le fameux et excellent « Dragons » de Dreamworks n’était pas sorti. On ne connaissait pas franchement le livre dont le film est issu,en tout cas moi je ne le connaissais pas, je n’avais donc pas ce spectre au dessus de moi. Comment vous dire, lorsqu’il est sorti, j’étais verte, j’avais l’impression que tout se ressemblait mais en fait non! Les histoires ne sont pas du tout les mêmes, seuls les créatures nommées « dragons » relient les 2 univers, ouf! J’ai pu entamer sereinement l’écriture du tome 2 ensuite.


Comment je travaille?

En dehors de l’écriture, Tchouk et Bou demande un travail complet de création, d’imagination et d’organisation. A la main, car j’y tiens, je n’y arrive tout simplement pas sur info, j’écris, je construis cet univers, les personnages évidemment, les lieux. De manière plus vaste, l’histoire du pays puis du monde, les mythologies présentes, les systèmes politiques, sociaux, religieux, scolaires etc. J’ai réalisé un bestiaire pour les dragons, il y en a d’autres pour la faune et la flore (celle n’existant pas déjà chez nous), des listes de spécialités gastronomiques enfin bref, tout ce qui peut m’être utile pour ensuite n’avoir qu’à écrire mon histoire.  Biens sûr, il y a aussi les cartes de chaque pays, elles sont importantes! Réalisées elles aussi à la main, elle m’aident beaucoup à tout situer, à penser un déplacement etc.

De manière moins technique cette fois, j’ai voulu, à travers Tchouk et Bou, insuffler quelques valeurs positives de base aux enfants, comme se faire des amis et les défendre, aimer ses parents, donner le meilleur de soi, vaincre ses peurs, protéger les animaux, avec une grande dominante pour l’amitié, valeur centrale, pilier de l’histoire!

Tchouk et Bou se rencontrent donc dans le tome 1, qui est plutôt court, il s’agit d’une jolie et longue situation initiale si vous voulez^^ On rencontre sa maman, Lush et son lapin de compagnie. On fait également le tour de la ferme aux dragons que dirige la mère du petit garçon. Enfin, on assiste dans ce tome à la naissance de leur profonde amitié!

Le tome 2 est différent, plus long, il raconte un vraie petite aventure, la première vécue par Tchouk et Bou! On y rencontre de nouveaux personnages puis surtout on sort de la ferme! Il y a de l’action et de l’émotion^^ Mais je vous en direz plus sur ce tome là dans un autre article 😉


Et c’est pour quand?

La date de sortie prévue pour Tchouk et Bou: Amis pour la vie, est le 15 Mars 2017! Je compte ajouter quelques jolies illustrations à l’intérieur 😉

Si vous avez des enfants, Tchou et Bou sauront les charmer dès 4 ou 5 ans, et jusqu’à 10 ans ( tout dépend de l’enfant naturellement^^)! Une histoire qui plaira aux filles et aux garçons!

Voilà la couverture terminée du premier tome de Tchouk et Bou, dès aujourd’hui! Si vous aimez, n’hésitez pas à partager autour de vous!

(c)2017 A.Leydier

Voilà c’est fini! A bientôt pour le prochain^^

N’hésitez pas à laisser un com’ 🙂

Angie