Interview: la pétillante Anaïs W. !

Anaïs

Interview: la pétillante Anaïs W.!

 

Bonjour les amis! Aujourd’hui je vous propose d’avoir quelques nouvelles d’Anaïs W., auteure indépendante dont je suis partenaire. Deux mois après la sortie de « L’espoir au corps », son troisième roman, je suis allée poser mes petites questions à la romancière^^ L’occasion pour vous de mieux la connaitre et de découvrir ses livres!

 

Anaïs W., auteure de romans réalistes

 

Je ne vais pas vous refaire une présentation complète d’Anaïs W., pour cela, je vous invite à lire cet article, qui vous permettra de tout savoir sur son parcours. Je vais donc simplement parler de ses romans, que j’ai lu par ailleurs.Pour ses trois romans, l’auteure a choisi le genre réaliste, et s’approche toujours plus près de ses personnages. Ses histoires véhiculent des messages forts, empreints de courage et d’espoir. Elle possède une plume délicate, précise et empathique, que j’aime beaucoup et que vous adorerez vous aussi!

Avec un souci du renouvellement, qui l’a poussé à améliorer son écriture et approfondir son style, Anaïs W. est parvenue à gagner en maturité. Sa dernière histoire en est le meilleur témoin, pour le plus grand plaisir des lecteurs. D’ailleurs, 2600 personnes ont déjà succombé à « L’espoir au corps », une communauté qui ne cesse de grandir! Lire le résumé

Avec « Au delà des tours » et « Débolis Héyavé », vous comprendrez pourquoi les lecteurs d’Anaïs W. se sont attachés à elle et à son style. Dans l’univers tourmenté de l’adolescence, elle a crée des histoires uniques qui captent l’attention et percutent. Des thèmes piliers comme le courage et l’acceptation, l’amour des autres et la recherche du bonheur, sont installés dès le premier roman. Je vous conseille de les lire dans l’ordre de parution, oh pas par purisme non, mais cela vous permettra de suivre toute une évolution. Mais peu importe dans quel ordre vous les lirez, ils vous marqueront!

 

 

 

Et maintenant, place à l’interview!

 

Pour les deux mois de la sortie de « L’espoir au corps », j’avais envie de vous donner des nouvelles d’Anaïs W. ! En effet, son troisième roman est en vente depuis le 23 Septembre, il était donc temps de faire un petit checkup^^ C’est l’occasion aussi pour moi de remercier cette auteure généreuse, pour tout ce qu’elle m’apporte depuis quelques mois. Un grand merci donc à toi Anaïs!

Une interview d’autant plus utile qu’elle permet de mettre en avant une vraie bonne action. Effectivement, Anaïs W. lancera une campagne en faveur du Sidaction début Décembre, autour de « L’espoir au corps » et je ne pouvais pas ne pas en parler ici! 

 

Bonjour Anaïs W., cela fait deux mois que ton troisième roman « L’espoir au corps » est sorti. Peux-tu nous parler de la vie de ce roman depuis sa publication ?

 

Bonjour Angélique ! Avant tout, merci encore de me donner la parole sur ton blog. C’est toujours un plaisir de partager ces discussions avec toi. 🙂

Alors, « L’espoir au corps » est en pleine forme je dirais ! À mon échelle c’est un vrai succès. Après deux mois, déjà 2 600 lecteurs se sont lancés à sa découverte et les retours sont pour le moment très positifs. C’est donc un véritable plaisir pour moi et cela m’encourage à continuer.

Aussi, ce que j’apprécie, c’est de savoir que le message de mon troisième roman est largement diffusé. En effet, « L’espoir au corps », c’est d’abord une invitation au courage et à garder l’espoir. C’est aussi un message sur la vie avec le VIH et un appel à la tolérance, en plus d’un témoignage sur le deuil.

Je suis donc heureuse de savoir que de nombreux lecteurs lisent cette histoire et j’espère qu’ils en ressortiront grandis, d’une manière ou d’une autre.

 

Parlons un peu de toi. Quelle est, à ce jour, ta meilleure expérience dans l’auto-édition ?

 

Je ne sais pas s’il y a une expérience mieux que les autres. L’auto-édition c’est un tout. Il y a les expériences avec les lecteurs, les petits plaisirs pendant les rencontres, les grands bonheurs en lisant les commentaires. Il y a aussi les expériences avec les auteurs, le partage des informations, l’apprentissage permanent. Donc je crois que l’auto-édition est LA meilleure expérience de mon parcours d’entrepreneur.

 

Peux-tu nous dire quelles sont tes sources d’inspirations, lorsque tu as envie d’écrire une nouvelle histoire ?

 

La musique est ma principale source d’inspiration, puis il y a la lecture, les films… Généralement, les périodes où j’écoute beaucoup de musique et lis énormément sont les périodes les plus propices à l’écriture pour moi. Je crois que ça a un lien avec les émotions que la musique et la lecture véhiculent. J’ai besoin d’être dans un certain état émotionnel pour être inspirée et écrire… c’est compliqué à expliquer !

 

As-tu besoin d’une atmosphère spéciale pour écrire ?

 

De préférence j’aime être au calme et ne pas être interrompue. J’ai besoin de rentrer dans ma bulle et d’entrer complètement dans mon histoire, de faire corps avec elle.

 

Parmi tes trois romans, as-tu un préféré ? Peux-tu nous dire pourquoi ?

 

Rah c’est une question cruelle. Chaque roman pourrait être mon préféré pour une raison précise. Ils ont chacun un message fort, un style marqué…

Bon. Si je devais répondre à cette question… Je crois que mon préféré reste pour le moment « Débolis Héyavé ». Je crois que c’est le plus intense car il est court et impactant. Il passe des messages qui me sont chers concernant la recherche d’identité et l’acceptation de soi, des autres. Pour moi, il aborde des thèmes bien plus fondamentaux que mes deux autres romans, des sujets plus proches du cœur et de l’individu. C’est pour ça qu’il est mon préféré… si je dois en choisir un !

 

Pour la sortie de « L’espoir au corps », tu t’es entourée de plusieurs partenaires, et aujourd’hui tu possèdes des partenaires, pour tes trois romans. Peux-tu expliquer ce que t’apportent ces partenariats ?

 

La difficulté pour un auteur est de faire parler de ses écrits. Pour que les lecteurs découvrent mes livres, je mise donc beaucoup sur les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille. Chaque partage me donne une nouvelle chance d’être découverte par un lecteur.

C’est là que mes partenaires ont toutes leur importance. Ils m’aident à partager l’univers de mes livres auprès de nouveaux lecteurs potentiels. Cela élargit le cercle.

Plus personnellement, ces partenaires, leur présence, leur soutien, m’aide dans les périodes de doutes. En effet s’ils sont là, c’est qu’ils croient en moi et en mes histoires, alors je devrais en faire autant !

 

Tu es également proche de tes lecteurs, on peut même dire que tu prends soin d’eux. Comment entretiens-tu cette relation particulière entre l’auteur et ses lecteurs ?

 

Je dirais… tout simplement en étant sincère. Je ne suis pas amicale, souriante et gentille avec mes lecteurs pour les duper et leur vendre toujours plus. J’aime profondément être en contact avec mes lecteurs, les voir me suivre sur les réseaux, commenter mes publications, m’envoyer des messages pour me demander des nouvelles. J’aime partager avec eux mes lectures, leur demander leurs avis…

J’entretiens donc cette relation particulière avec mes lecteurs à travers des partages réguliers, des sollicitations et de la réciprocité, le tout avec beaucoup de joie !

 

Pour clore cette interview, j’aimerais parler de ta prochaine opération concernant « L’espoir au corps » et qui aura lieu du 01 au 10 décembre, en faveur du Sidaction. Peux-tu nous en dire plus à propos de cette campagne ?

 

En effet, début décembre, je lance une « campagne » pour la Journée Mondiale de la Lutte contre le Sida qui a lieu le 1er décembre. Pendant dix jours, pour chaque exemplaire papier de L’espoir au corps acheté, je reverserai 1 € de don à Sidaction.

Cela permettra ainsi de soutenir la recherche sur le VIH, la prévention et l’accès au traitement grâce aux dons, et d’éveiller les consciences sur cette maladie par la lecture de L’espoir au corps.

J’ai préparé une page (en cours d’amélioration) pour cet événement : https://anaisw.com/sidaction-2017 Elle sera finalisée d’ici le début de la campagne.

Toute l’aide est la bienvenue pour promouvoir cette campagne, alors vous, qui lisez cette interview, rejoignez-moi sur les réseaux et partagez l’évènement !


Anaïs

Voilà je pense que vous avez toutes les infos disponibles sur cette campagne! N’hésitez pas à partager à fond car toutes les bonnes actions méritent d’être mises en avant! Rendez-vous le 1er Décembre pour la journée mondiale de la lutte contre le sida.

C’est terminé, j’espère que cette interview vous a plu! N’hésitez pas à rendre visite à Anaïs sur son site ou sur les réseaux sociaux! Je vous dis à bientôt pour un nouvel article^^


Vous avez aimé cet article? Alors commentez-le ou partagez-le!

A bientôt

Angie

Qui est Anaïs W. ? Portrait + interview de l’auteure!

Anaïs

Qui est Anaïs W. ? Portrait + Interview de l’auteure!

Une auteure auto-éditée qui gagne à être connue!

 

Bonjour les amis! Aujourd’hui je vous présente l’auteure Anaïs W., à travers un portrait et une interview en trois questions! Vous vous demandez qui est cette jeune femme blonde et souriante sur la photo? C’est elle, Anaïs W., et comme vous le voyez, c’est une femme éclatante et radieuse! Découvrez-là au fil de l’article et n’hésitez pas à consulter son site internet: www.leslivresdanaisw.fr .

Petit rappel, « L’espoir au corps » sort le 23 Septembre 2017!

 

Anaïs W., qui est-elle?

Afin de vous permettre de mieux connaitre Anaïs, voici un court portrait qui retrace son parcours d’auteure. De la naissance de sa passion pour l’écriture jusqu’à aujourd’hui, suivez son chemin et apprenez à la connaitre:

« Anaïs W. commence à écrire des histoires à l’âge de 12 ans, et se passionne très vite pour l’écriture. Une passion qui s’intensifie pendant l’adolescence, où l’écriture se révèle être plus qu’un besoin. Une vocation était née? Sans doute, puisque c’est à cette période qu’Anaïs débute son travail sur « Au delà des tours », qui sera son premier roman des années plus tard.

C’est en 2015 que la vie d’auteure démarre pour Anaïs! Elle achève son roman « Au delà des tours » et le publie en auto-édition. Un livre qui plait, une histoire qui vous rentre dedans et la jeune auteure indépendante se crée son petit lectorat. Les tourments de l’adolescence, de surcroit en milieu précaire, ont su toucher les lecteurs d' »Au delà des tours ».

L’année suivante, en 2016 donc, Anaïs publie un second roman « Débolis Héyavé », plus court que son grand frère pour une histoire touchante et bouleversante. Cet adolescent a su, lui aussi, emmener les lecteurs dans son univers.

Petit à petit et à force de travail, Anaïs W. est parvenue à élargir le nombre de ses lecteurs. Elle se révèle également être une auteure généreuse, qui n’hésite pas à questionner ses lecteurs, à prendre les avis en compte et surtout, à partager sa vie d’auteure! Comme je le disais, elle gagne à être connue, et à encore beaucoup à donner. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’elle donne des séances de dédicaces régulières, et participe à des salons littéraires.

En tant qu’auteure, Anaïs W. tient à toucher ses lecteurs. Elle écrit donc des romans réalistes, au plus près des sentiments et des émotions de ses personnages. Sentiments qu’elle dissèque et ausculte avec précision, ce qui fait la force de sa plume.

Cette année, elle se lance un nouveau défi avec la publication d’un troisième roman! Terminé les ados, elle s’attaque aux adultes et s’en sort brillamment. En effet, avec la sortie prochaine de « L’espoir au corps », Anaïs W. change d’univers, les problématiques ne sont plus les mêmes, les enjeux non plus. Un renouvellement qui sent bon le frais, avec une plume intacte, toujours précise et profonde, qui a simplement gagné en maturité. »

 

 LIRE LES PREMIERS CHAPITRES DE « L’ESPOIR AU CORPS »

(lien partenaire)

partenaire


Trois questions à Anaïs W. !

Et maintenant place à l’interview! Anaïs W. a eu la gentillesse de répondre à mes trois questions, pensées pour lui permettre de s’exprimer! Apprenez à la connaitre encore un petit peu mieux à travers ses réponses! Merci à Anaïs de s’être prêtée au jeu^^

1- Anaïs W., tu es une jeune auteure indépendante, pourquoi avoir choisi l’auto-édition?

L’envie de m’auto-éditer, c’est simplement que je ne voulais confier mon premier roman à personne ! C’était mon bébé, le fruit d’années de travail et je voulais le porter par moi-même.

Honnêtement, si les premiers lecteurs d' »Au-delà des tours » m’avaient dit « c’est atroce comme bouquin, arrête le carnage », je n’aurai pas insisté. Mais les retours ont été très positifs. Huit mois plus tard, j’ai alors publié « Débolis Héyavé » à nouveau en auto-édition. Là encore, si on m’avait dit « ton style a de grosses faiblesses, tu devrais le faire relire par des professionnels », j’aurais peut-être pensé à collaborer avec un éditeur. Mais je n’ai rien entendu de tout ça et les commentaires étaient toujours très bons !

Bien entendu, quand on fait tout toute seule, ce n’est pas parfait. Mais je vais vous dire, quand j’achète un livre édité et qu’il manque trois pages à l’édition ou que je trouve des coquilles, quand je vois certaines couvertures… Eh bien, j’ai confiance en mon travail. 🙂

Aujourd’hui, j’ai toujours le choix d’envoyer mes manuscrits à des maisons d’édition mais je ne le fais pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’aime mon indépendance. J’aime avoir le contrôle de ce que j’écris, savoir à qui je vends mes livres, pouvoir contacter mes lecteurs. Je n’ai certes pas la diffusion nationale de mes livres en librairie… mais ce n’est qu’une question de temps. Je dois juste trouver comment faire. 😉

Et si une maison d’édition me contacte ? Mhh, c’est à voir ! Cela dépendra du contrat qui m’est proposé et de la transparence de ce dernier.

2- Tu as créé ton entreprise, quelles sont tes ambitions pour l’avenir?

Des ambitions, ou des idées, je n’en manque pas ! Il y a bien entendu la diffusion et la promotion de mes livres pour rencontrer de nouveaux lecteurs, mais j’ai aussi d’autres projets.

Une fois mon troisième livre sortit, je souhaiterais développer une formation pour les auteurs sur les séances de dédicace. Faire des signatures marche très bien pour moi et me permet presque de vivre de ma passion. J’en ai beaucoup parlé sur mon blog et de nombreux auteurs sont venus me voir. À travers leurs questions, j’ai découvert que peu d’auteurs osaient faire des séances de dédicace parce qu’ils ne savent pas comment s’y prendre. J’aimerais donc les aider avec une formation complète sur ce sujet.

Toujours dans le domaine des dédicaces, j’envisage une grande tournée de France ! Un projet un peu fou mais tellement excitant ! Des lecteurs me demandent régulièrement quand est-ce que je viens à tel ou tel endroit pour dédicacer mes livres, et j’ai très envie de découvrir les différentes régions de mon pays. Alors, pourquoi pas une tournée ! Cela demande de nombreux préparatifs et j’espère pouvoir commencer mon périple en 2018 ou 2019. J’envisage d’être sur la route pendant un an et j’espère que les lecteurs seront au rendez-vous !

3- Pour finir, la sortie de « L’espoir au corps » approche (23/09), peux-tu nous en dire plus sur ce nouveau roman?

Mon troisième livre L’espoir au corps est à la base aussi une grande « ambition ». D’abord, j’ai fait un réel travail lors de l’écriture pour améliorer mon style, le rendre plus fluide et plus abordable. D’après mes relecteurs, il semble que j’ai relevé le défi ! Ensuite, il y a les sujets que j’ai décidé d’aborder, des sujets forts qui me tenaient à cœur.

Il y a d’un côté le deuil, celui de Kalinda. Elle a perdu ses parents et, pour être capable d’éduquer ses jeunes frères et sœurs sans s’effondrer, elle est dans le déni total. Elle a ainsi tiré un trait sur son avenir et compte sacrifier sa vie pour sa famille. Plus facile à dire qu’à faire ! Elle ne s’y résout donc pas complètement, et à la douleur du deuil qu’elle refuse de faire, se mêlent la frustration et la peur de finir vieille fille avant l’âge. Il faudra un pneu crevé et la rencontre de Daniel pour que l’espoir renaisse…

À travers le personnage de Daniel, j’ai voulu parler d’un deuxième sujet qui est important pour moi, celui du VIH. J’ai fait des études en biologie sur les virus et je connais bien tout ce qui concerne la transmission et le développement du VIH… Mais ce n’est pas de la biologie dont j’ai voulu parler dans L’espoir au corps. J’ai voulu parler de l’humain : comment grandit-on avec le VIH ? Comment aime-t-on ? Quel avenir peut-on avoir ? Avec l’histoire de Daniel, j’ai souhaité répondre à ses questions, tout en distillant des informations plus médicales sur cette maladie. C’était vraiment important pour moi. En effet, quand je lis qu’en 2017, 22 % des Français pensent que l’on peut guérir de ce virus, je suis horrifiée ! Comment peut-on enrayer cette maladie avec de telle croyance ? Alors si mon roman, en trame de fond, peut sensibiliser toutes les personnes qui le liront sur la question du VIH, j’en serai très heureuse.

Finalement, L’espoir au corps, c’est un appel à la tolérance : d’abord la tolérance des personnes que nous côtoyons. Nous ne savons pas toujours ce qu’elles ont traversé et nous devons garder l’esprit ouvert. Puis bien sûr, la tolérance des personnes séropositives. Le VIH aujourd’hui n’est plus seulement le résultat d’un comportement déviant. C’est surtout un problème de prévention et de mauvaises informations.

Voici ce que je peux vous dire de plus sur ce roman à paraître le 23 septembre :-


Alors, charmés, curieux de lire cette auteure?

J’espère que cet article vous a permis d’en savoir plus sur Anaïs W. et son œuvre, notamment « L’espoir au corps », qui viendra rejoindre « Au delà des tours »  et « Débolis Héyavé » .

Sortie le 23 Septembre 2017

Prévente dès le 15 Aout 2017

Je vous dit à très bientôt pour vous parler des bons plans de la prévente de « L’espoir au corps »!


Cet article vous a plu? Alors commentez-le ou partagez-le!

A bientôt

Angie

Authente, partenaire d’Anaïs W. pour la sortie de « L’espoir au corps »

partenaire

Authente, partenaire d’Anaïs W. pour la sortie de « L’espoir au corps »

 

Bonjour les amis! Aujourd’hui je vous propose un article un spécial, car je ne vais pas parler de moi, mais d’Anaïs W. ! Il y a quelques mois, j’ai consacré deux chroniques à cette auteure, ou plutôt à ses premiers romans, pour les découvrir: Débolis Héyavé et Au delà des tours . Après deux romans réalistes et percutants, plongés dans les tourments de l’adolescence, que je vous incite à lire vivement, Anaïs W. s’extrait de cet âge pour nous emmener chez les adultes.

 

« L’espoir au corps », un nouveau témoignage de combativité

 

partenaire

Avec son troisième roman, Anaïs W. signe un nouveau témoignage de combativité. L’auteure nous place une fois encore en face de personnages forts, intenses et tourmentés, qui aspirent à une vie meilleure. Pour sa nouvelle histoire, elle a choisi un homme et une femme, accablés par le malheur, désertés par l’espoir et qui vont se rencontrer. Cette rencontre va changer le cours de leur vie de façon définitive.

Anaïs W. parvient à se renouveler, en passant de l’adolescence à l’âge adulte, tout en gardant sa plume, précise et profonde, qui m’a fait aimer ses deux premiers romans!

 

 

LE RÉSUMÉ:

              

                                 En revenant dans la ville où il a grandi, Daniel se donne une ultime chance d’être heureux.

                                 S’il échoue, il laissera le VIH l’achever…

                                 Un soir, sur le parking où il se gare chaque jour depuis un an, il fait la rencontre de Kalinda.

                                 Très vite, pour les deux jeunes gens, l’espoir s’éveille.

                                 Mais pour avoir une chance d’être aimée, Kalinda décide de mentir sur sa vie :

                                 après tout, qui voudrait d’une femme avec trois jeunes frères et soeurs à sa charge ?

                                 Alors que Daniel s’efforce de construire un avenir, le mensonge et l’entêtement de Kalinda menacent de tout compromettre.

                                 Entre éclats d’amour et de colère, quel sentiment vaincra ?

 

Authente, partenaire d’Anaïs W. !

 

Je suis fière d’accompagner la sortie de ce roman et de soutenir Anaïs W. dans son aventure! En tant que partenaire, je vous ferais découvrir cette auteure, une jeune femme talentueuse et généreuse qui gagne à être connue. Je vous ferez découvrir son troisième roman, et redécouvrir les deux précédents. Dans ma mission, je vous ferais également partager les bons plans liés à la sortie de ce livre, à ne pas rater!

Je partagerais avec vous mon expérience, et j’en profiterais pour vous présenter rapidement les autres partenaires d’Anaïs W. . Nous sommes tous derrière elle, pour faire en sorte que la sortie de « L’espoir au corps » soit un bel évènement, et un succès!

Visitez le site internet d’Anaïs W. dès maintenant: www.leslivresdanaisw.fr

Je vous dit à très bientôt pour vous en reparler!


Vous pouvez lire mes deux chroniques sur les premiers romans d’Anaïs W. ici: Au delà des tours  ou  Débolis Héyavé


Cet article vous a plu? Alors partagez-le ou commentez-le!

A bientôt

Angie

             

 

        

J’ai lu: « Au delà des tours » d’Anaïs W.

tours

J’ai lu: « AU DELÀ DES TOURS » d’Anaïs W.

Un premier roman très réussit sur les tourments de l’adolescence

Bonjour les amis! Aujourd’hui je vous parle de ma lecture de « Au delà des tours » de l’auteure indépendante Anaïs W. ! Un premier roman vraiment réussit, qui touche et ne laisse pas indifférent. L’adolescence est au cœur de l’histoire, où vous allez suivre Debbie, une jeune fille avec pas mal de problèmes. Une lecture que j’ai beaucoup aimé, qui m’a fait découvrir l’auteure et ses autres romans! A vous maintenant…

 

 

 

La couverture:

 

Ce que j’en ai pensé:

« Au delà des tours » à eu plusieurs gouts pour moi. Celui de la découverte pour commencer, puis celui des souvenirs. Effectivement, ce livre a su me replonger dans ma propre adolescence, mes propres troubles etc. J’ai revu mes combats, ceux qui semblent important à 15 ans. Vous savez, quand on croit que notre petit écosystème de copains/école/parents influencera notre vie à jamais, pour toujours. Ces combats où on veut simplement exister, faire parti de quelque chose, quand on se sent seul, de côté, pas adapté. Et quand il est compliqué d’aller mieux car tous les éléments de notre vie ne dépendent pas seulement de nous.

L’auteur, médecin légiste de cette autopsie émotionnelle, raconte, avec un style très réaliste, le quotidien de Debbie, jour après jour, et de son entourage. La cité dans laquelle elle évolue ressemble à tant d’autres en France. Si vous y avez grandit, vous vous sentirez chez vous… Sinon vous allez vous demander si c’est proche de la vérité tout ça. Ça l’est. D’une existence pas très folichonne et un peu tourmentée, un peu fade, financièrement compliquée, Debbie va connaitre un été terrible et révélateur. Une passage clé de sa vie. Tout va s’accélérer, s’intensifier dans son petit monde pour finir par éclater. Les blessures et les questions du passé, l’invincibilité du présent, pesant, et l’avenir devenant invisible. Et après? Pour le savoir je dirais qu’il faut lire le livre^^

Les détails:

Le personnage principal est par ailleurs entouré de personnages secondaires intéressants. Une très grande majorité de garçons, tous un peu plus âgés que Debbie, qui vont et viennent au gré de l’histoire et des besoins de la jeune fille. Des personnalités attachantes, formant comme une ronde autour de leur amie et se présentant sous plusieurs facettes. Amis, amours, ennemis, frères, sauveurs ou cause de tourments, ces personnages remplissent tour à tour ces rôles. Certains d’entre eux auraient cependant pu être plus exploités.

Enfin les lieux, cette cité, cette « Zone », si commune à tant d’autre. On y a soit grandit, soit un copain ou une copine l’a fait. Au pire on en a une idée aux infos le soir^^ Anaïs W. a su décrire cet espace isolé, abîmé et désœuvré avec une banalité et une simplicité efficace, bluffante. On ne quitte que rarement la « Zone » d’ailleurs, la vie de ces jeunes étant relativement encroutée là bas.

Ma conclusion:

Le roman « Au de là des tours » tient ses promesses. Avec cette écriture franche et réaliste, Anaïs W. nous amène au plus près de son personnage. Au plus près des sentiments et émotions, des peurs, des rêves, des cauchemars d’une ado. Elle dépeint également un triste tableau, celui de toutes les familles qui vivent plus ou moins de la même façon. Parfois il suffit d’un rien, de pas grand chose, pour que tout bascule. Le déclassement social? Il en est question tout du long. L’éclatement des familles est au cœur du discours. La frappante vérité aussi: un rien peut faire éclater une famille. Au moins autant qu’un drame finalement. Tellement vrai. Je ne peux que saluer l’habileté qu’ eu Anaïs W., une dextérité descriptive qui permet une lecture éclairée, imagée, fluide et agréable.

Pour découvrir les romans d’Anaïs W., visitez son site internet dédié à ses livres!

 


Vous avez aimé cet article? Commentez le ou partagez le! ^^

A bientôt pour d’autres articles!

Angie.