Pour Noël, offrez de la lecture à vos proches!

Noël

Pour Noël, offrez de la lecture à vos proches!

Bonjour les amis! Noël approche à grands pas, il est presque là, avez-vous terminé tous vos achats? Pour ma part oui, tout est bouclé et emballé! Vous n’avez pas trop d’idées pour certains proches, amis, à qui vous aimeriez offrir un cadeau? N’hésitez plus, les livres sont vos meilleurs alliés! Petit ou grand, en solo ou en saga, un livre fait toujours plaisir à un lecteur. J’ai sélectionné pour vous quelques romans, idéaux pour Noël…

 

Noël

Un bon roman, rien de tel pour s’évader

 

Certains pensent qu’un bouquin est un cadeau bateau, comme ils ont tort! Pour un lecteur, c’est juste un présent idéal, qui l’accompagnera durant les longs mois d’hiver. Cela marche aussi pour un fan de cinéma ou de séries, qui peut ainsi découvrir l’œuvre originale (il faut dire qu’aujourd’hui, presque tout est adapté d’un roman, BD, comics etc.) . C’est aussi un bon moyen de partager ses gouts, ses coups de cœur, avec ses proches, amis ou famille. Et vous verrez, au format papier ou numérique, broché ou poche, auteurs édités ou auto-édités, belles éditions, il y en a pour tous les prix! Alors plus d’hésitation, on choisit le livre cette année! 🙂

Que vous l’achetiez chez votre libraire, chez Fnac ou Cultura en passant par Amazon, le roman que vous aurez choisi trouvera sa place dans la bibliothèque de votre ami, ou dans sa liseuse 😉 . En offrant un roman, vous prenez la décision de proposer un peu de rêve à vos proches^^ Quelle meilleure occasion que Noël pour cela?

Personnellement, j’ai reçu de nombreux livres en cadeaux, que ce soit pour un anniversaire ou pour Noël, et à chaque fois, c’était une bonne surprise! Je me disais : « Voilà, cette personne s’est souvenue que j’aimais lire, elle a pensé à moi », car oui, quand on est lecteur, encore une fois, on adore recevoir des livres (et même sans occasion particulière^^)!

 

Noël

Ma sélection pour Noël !

 

Alors voilà, maintenant que vous savez quoi acheter à vos amis, il vous faut choisir LE livre! Selon les gouts du destinataire, si vous les connaissez en matière de lecture, il vous suffira simplement de piocher dans son genre favori. Si vous ignorez ce que vos proches aiment lire, aucune inquiétude, il existe des valeurs sûres! Bien sûr, dans les deux cas, vous pouvez opter pour la découverte totale, et jeter votre dévolu sur un auteur inconnu, un indépendant par exemple.

Afin de vous aiguiller quelque peu, voici ma liste de romans à offrir pour Noël, selon mes propres coups de cœur :

Vingt mille lieues sous les mers, Jules Vernes

Résumé : Le professeur Aronnax, son domestique Conseil et le harponneur Ned Land, qui cherchaient à capturer un fantastique monstre marin, se retrouvent prisonniers du capitaine Némo, à bord de son sous-marin le Nautilus. Quel lourd secret cache Némo pour vouloir les retenir ainsi à jamais ? C’est alors que parallèlement au fabuleux périple maritime qu’ils entament, s’engage une lutte psychologique et culturelle entre Aronnax et Némo. A l’envoûtement créé par les aventures et les découvertes fabuleuses, s’ajoute le piment des joutes scientifiques et historiques auxquelles s’adonnent le professeur et le capitaine. (source Babélio)

L’intégrale du Seigneur des anneaux, J.R.R Tolkien

Résumé : Le Tiers Age touche à sa fin, et la Terre du Milieu à son crépuscule. La Compagnie de l’Anneau va donc tâcher de déjouer les projets infernaux de Sauron, force du mal d’autant plus difficile à combattre qu’elle est désincarnée. Qui, des cinq héros, mènera à bien la mission ? Gandalf, grand sage qui seul mesure la portée de la quête ? Aragorn, qui dissimule ses origines princières sous les traits d’un rôdeur taciturne ? Frodon et Sam, qui sont chargés de la phase finale de la mission ou Gollum, créature abjecte qui fut un temps dépositaire de l’anneau ? Mais quel est donc le pouvoir de cet anneau tant convoité ? Quelle est donc la signification de l’énigme qui figure en première page, en manière d’épigraphe ? (source Babélio)

 

La trilogie Millénium, Stieg Larsson

 

Résumé : Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires.
Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut-être taire. (source Babélio)

Frappe-toi le coeur, Amélie Nothomb

Résumé : « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie. »  Alfred de Musset (source Babélio)

Anaïs

L’espoir au corps, Anaïs W.

Résumé : En revenant dans la ville où il a grandi, Daniel se donne une ultime chance d’être heureux. S’il échoue, il laissera le VIH l’achever… Après avoir perdu ses parents, Kalinda a tiré un trait sur son avenir pour éduquer ses deux jeunes frères et sa soeur. Pourtant, elle ne peut se résoudre au sacrifice qu’est devenue sa vie… Un soir, sur le parking où il se gare chaque jour depuis un an, Daniel fait la rencontre de Kalinda. Très vite, pour les deux jeunes gens, l’espoir s’éveille. Mais pour avoir une chance d’être aimée, Kalinda décide de mentir sur sa situation : après tout, qui voudrait d’une femme avec trois enfants à sa charge ? Alors que Daniel s’efforce de construire un avenir, le mensonge et l’entêtement de Kalinda menacent de tout compromettre. Entre éclats d’amour et de colère, quel sentiment vaincra ? (source Anaïs W.)

Ça, Stephen King

Résumé : Périodiquement, dans la petite ville de Derry (Maine), des événements tragiques se produisent: des enfants disparaissent, d’autres sont retrouvés morts, le corps déchiqueté, des incendies éclatent. Six garçons et une fille de onze ans, qui forment un groupe d’amis fidèles, traquent cette « chose » abominable qui vit dans un réseau d’égouts abandonnés et peut prendre la forme qui lui plaît, y compris celle d’un clown qui attire les enfants avec des ballons de couleur. Ils croiront être parvenus à anéantir le monstre, mais vingt-cinq ans plus tard tout recommence. Devenus adultes, les petits héros de 1958 se retrouvent pour affronter le mal à l’état pur. Une lutte longue et très périlleuse qui exige l’amour et l’amitié pour vaincre « Ça » qui, lui aussi, peut avoir peur… (source Babélio)

Entretien avec un vampire, Anne Rice

Résumé : De nos jours, à La Nouvelle-Orléans, un jeune homme a été convoqué dans l’obscurité d’une chambre d’hôtel pour écouter la plus étrange histoire qui soit. Tandis que tourne le magnétophone, son mystérieux interlocuteur raconte sa vie, sa vie de vampire. Comme l’interviewer nous nous laissons subjuguer, fasciner et entraîner à travers les siècles dans un monde sensuel et terrifiant où l’atroce le dispute au sublime. (source Babélio)

Chemins de poussière rouge, Ma Jian

 

Résumé : Une odyssée de trois ans à travers un pays aux multiples facettes (la chine) que MA a décidé d’entreprendre à la suite des persécutions d’une autorité répressive et hypocrite.
«Une des voix les plus courageuses et importantes de la littérature chinoise», a écrit Gao Xingjian, prix Nobel de littérature. (source Babélio)


Maintenant, à vous de choisir!

J’ai lu chacun des livres de cette liste bien entendu, sinon je ne les conseillerais pas^^ Vous pouvez librement piocher dedans, ou faire vos propres recherches, le but étant de faire plaisir avec la lecture! J’espère vous avoir donné un peu d’inspiration pour vos derniers cadeaux, vite vite, l’heure tourne! Ruez-vous en librairie, en magasin ou sur internet et trouvez le livre parfait pour vos proches!

J’espère que cet article vous a plu, je vous dis à bientôt pour un nouveau 😉 A mon avis, ça ne sera pas avant Janvier, avec les fêtes et les vacances^^ Alors finissez bien l’année, reposez-vous, mangez bien et aimez vos proches 🙂 Bonnes fêtes, joyeux Noël à tous!


Cet article vous a plu? Alors partagez-le ou commentez-le !

A bientôt

Angie

C’est la rentrée! Voici mes projets!

rentrée

C’est la rentrée! Voici mes projets!

 

Bonjour les amis! C’est la rentrée! Le retour à l’école des enfants et enseignants, la reprise des projets pour moi! Aujourd’hui je vous parlerais donc de mes activités, ralenties pendant l’été. il est également temps de faire un petit topo sur mon parcours dans l’auto-édition, débuté il y a 6 mois. Alors allons-y, c’est parti…

 

rentrée

Le bilan des 6 mois

Il y a 6 mois, je me lançais dans l’auto-édition, avec des rêves et plein d’idées. Je publiais mon premier roman, comme on testerait un médicament sur un cobaye, c’est à dire sans trop savoir ce qui allait se passer. Je m’étais renseignée bien sûr, je ne partais pas dans l’inconnu total, mais j’étais bien loin de me représenter le travail à fournir en tant qu’auteure indépendante! Je savais que mon roman n’était pas suffisamment abouti, mais qu’il me servirait à entrer dans le monde des auteurs, et d’apprendre à leur contact.

En toute franchise, je n’ai pas réalisé beaucoup de ventes. Plusieurs raisons à cela: une communication tardive et maladroite, des choix de titre et couverture peu attirants, un mauvais positionnement de prix… toutes les erreurs à faire, je les ai faites. Cependant, j’ai réussi à agrandir mon réseau, notamment sur Twitter en dépassant les 1000 followers. J’ai fais la connaissance d’auteurs et blogueurs, j’ai lu des romans auto-édités, j’ai regardé ce que les autres faisaient. J’ai soumis mon roman à la critique et répondu à des interviews. J’ai amélioré mon site et pris mes marques au niveau des articles, je m’y exprime enfin pleinement. Globalement, j’ai pris de l’expérience et petit à petit, j’optimise mon travail et ma présentation, j’apprends à tout soigner, et à contrôler mes idées.

Dans mon parcours, une auteure en particulier m’a beaucoup apprit, et je pense, n’a pas finit de m’apprendre. Il s’agit d’Anaïs W., et en l’observant, en lisant ses articles et ses livres, j’ai réalisé pas mal de choses. L’importance d’un travail très soigné, pour un rendu professionnel, mais aussi d’une communication claire, régulière, anticipée, pro. Cet été, elle m’a proposé d’être partenaire pour le lancement de son 3e roman (L’espoir au corps), et j’ai évidemment accepté. En voulant l’aider, je me suis aidée moi-même, c’est une super expérience!

 

rentrée

La reprise

Cet été, j’ai réalisé un tableau, de Raiponce et Belle, et j’ai pris tout mon temps 🙂 J’ai écris une nouvelle pour le concours Nolim by Carrefour et j’ai aussi candidaté mon roman pour le Prix des Auteurs Inconnus . J’ai aussi travaillé sur mon partenariat avec Anaïs W. en écrivant des articles. Je suis parti en vacances à Biarritz, une ville magnifique et assez incroyable avec des plages partout. Puis j’ai changé d’extension pour mes newsletter en choisissant Mailpoet, c’est bien mieux maintenant. Il est temps de s’y remettre, comme c’est la rentrée!

Pour commencer, j’ai stoppé mon travail sur la série à lire que je souhaitais écrire. Rapidement, je me suis aperçue que je ne voulais pas écrire sur ce thème, que je n’avais pas assez d’inspiration, de matière pour imaginer, travailler. Au lieu de m’acharner et de perdre gout, j’ai décidé d’arrêter ce projet. Durant l’été, un nouveau l’a remplacé, un roman cette fois, avec un gros travail de recherche, que je suis en train de mener en ce moment. Je vous en parlerais d’avantage dans quelques temps, mais j’ai d’ors et déjà écris le prologue, disponible sur Scribay.

Tchouk et Bou est toujours d’actualité, je poursuis l’écriture du tome 3. Je me pose beaucoup de questions quant au premier tome et sa publication. Au fond, j’aimerais le publier moi-même, mais je ne suis pas satisfaite du rendu. Je pensais donc avoir recours aux maisons d’édition, en tentant ma chance. Mais voilà, récemment, une nouvelle opportunité s’est offerte à moi, et je vais creuser de ce côté avant d’aller voir les maisons d’édition. Je vous en dirais plus si ça fonctionne^^

 

rentrée

Le renouveau

J’ai également pris une autre décision majeure, celle de rééditer mon roman, « L’ombre des sentiments ». Je suis en pleine réécriture en ce moment. Je suis en train de concevoir une nouvelle couverture et je réfléchis à un nouveau titre. Plus qu’une réédition, ça va être une vraie renaissance! J’ai envie de lui laisser une vraie chance, en libérant son potentiel et en y travaillant sérieusement, avec tout ce que j’ai appris ces 6 derniers mois, mais au delà, ces dernières années. Je suis très enthousiaste sur ce projet là, car il représente une véritable amélioration.

Évidemment, hors de question de modifier l’histoire, car elle me plait comme ça. Par contre, je réécris tout, de A à Z. Depuis l’écriture de ce roman, il y a quelques années, mon style s’est amélioré, ma façon de raconter aussi. Mon écriture et mon vocabulaires se sont étoffés de manière logique, avec le temps. J’ai donc aujourd’hui beaucoup plus de moyens à ma disposition pour écrire cette histoire. J’espère, en outre, produire plus de pages pour obtenir un roman un peu plus long. C’est un défi que je compte bien relever!


Pour conclure cet article de rentrée, je tiens à remercier tous ceux qui me soutiennent. Merci à vous qui suivez mon travail, partagez mes articles ou photos, qui me laissez des commentaires… Merci aussi à ceux qui ont acheté mon livre, ceux qui lisent mes textes gratuits, ici, sur sur Scribay, ou  sur Facebook. 

Merci à mes proches et aux nouvelles personnes que j’ai rencontré, j’espère poursuivre mon aventure encore longtemps, et grâce à vous, c’est peut être possible! 🙂

Bonne rentrée à vous!


Cet article vous a plus? Alors partagez-le ou commentez-le!

A bientôt

Angie

Franchir le cap du premier concours!

concours

Franchir le cap du premier concours!

Bonjour les amis! Pour aujourd’hui j’ai préparé un article à propos de ma première participation à un « vrai » concours. Non pas qu’il en existe des faux, mais disons que ceux auxquels j’ai participé étaient ludiques et sans enjeux. C’était déjà une première façon de me confronter à l’écriture des autres. Il était temps de placer la barre plus haut…

Grâce à Twitter, j’ai entendu parler de la 5e édition du concours NOLIM by Carrefour, présidé cette année par l’auteur de thrillers bien connu, Franck Thilliez. Un concours de nouvelles. Je me suis alors empressée de lire le règlement et de prendre note des contraintes. Le thème de cette année est: « Le jour où ma vie a basculé ». Pour connaitre toutes les informations liées à ce concours, rendez vous sur le site jedeviensecrivain.com .

concours

Participer ou ne pas participer?

C’est la grande question! Ce concours est sérieux et parmi les participants, nul doute que certains ne sont pas là pour tricoter. Nul doute que de bons auteurs tentent leur chance, espérant eux aussi être publiés. Une concurrence à la fois excitante et effrayante! Je savais ce que je voulais raconter, sans avoir la moindre idée de comment j’allais le faire. J’hésitais vraiment à me lancer, moi qui n’ai pas franchement confiance en moi. Moi qui ai, en revanche, franchement peur des résultats…

Alors, pour ne pas rester bêtement dans ma perplexité, je me suis dit que j’allais écrire l’histoire que j’avais en tête de la manière qui me plaisait. Si je parvenais à respecter les quelques contraintes du concours, alors je ferais relire mon texte et je l’enverrais après correction. Moi qui n’étais pas sûre d’atteindre le minimum requit de 20 000 signes, j’ai du faire attention à ne pas dépasser les 30 000 (ce qui représente le maximum autorisé)! J’avais ma réponse, je devais participer.

De quoi ça parle, cette nouvelle?

Tout d’abord, il est important de préciser que j’emploie le « je » dans cette nouvelle. Important parce que je n’écris jamais à la première personne, trop immersif pour moi. Seule la poésie me permet de le faire habituellement. Cette décision de raconter l’histoire ainsi a donc été difficile, mais elle s’imposait.

Ensuite, je dirais que c’est aussi la première histoire que je raconte qui ne soit pas totalement fictive. Je suppose que c’est pour ça que le « je » s’est imposé tout seul. Bien sûr, je me sers toujours de ce que j’ai vu, de ce que je connais, pour écrire mais cette fois est différente. Ce thème lancé par Franck Thilliez, comment dire, tombe au bon moment. Et ce, peu importe les résultats, j’avais besoin d’écrire à ce sujet. Rien d’autre n’a pu filtrer dans mon esprit dès lors que j’ai lu le thème du concours.

L’histoire parle donc d’une jeune femme en proie à une décision qui changera forcément la suite de sa vie. Elle en est là à cause d’une confession, celle de son grand-père. Confession tant inattendue que terrible. Cette histoire, au delà du simple choix de son personnage principal, raconte aussi l’horrible sort des personnes âgées et faibles, laissées dans des mains malveillantes et malfaisantes. J’y parle de maltraitance, avec tout le poids que ce mot peut avoir. J’y parle de torture, bien que la limite des 30 000 signes ai rendu la liste plus courte que la vraie. Pour finir, j’aborde la vengeance, et le salut.

Voici le résumé proposé pour le concours:

concours

« LES ROSIERS DOIVENT SOUFFRIR »

« Parce qu’une dernière confession peut tout changer, je me retrouve ici, face au fleuve, face à elle. Un drame, deux options… un seul choix. »

DECOUVRIR LA NOUVELLE

Pour finir, l’histoire se base sur des éléments véridiques, et sur des éléments romancés, elle est donc en partie autobiographique. En partie seulement car je tiens à m’éloigner du récit et à ne pas dévoiler ma vie plus que ça. J’espère qu’elle saura vous toucher, vous heurter. Je l’ai écrite pour panser des plaies, en vain, et pour susciter la réaction chez le lecteur. De ce côté là, nous verrons bien.

 

Et maintenant, l’attente…

La nouvelle est envoyée, il ne reste plus qu’à attendre les résultats. C’est une petite source d’angoisse, vu le peu de chance que j’ai de m’illustrer dans ce concours. Mais c’est aussi une petite source de joie, car rien n’est joué d’avance! Après tout comme dirait l’autre, on ne sait jamais…

J’ai tout le loisir, désormais, de stresser en attendant la fin du concours… Que vont penser les gens de mon histoire pour commencer? Puis de mon écriture? Mon titre donne-t-il envie de lire (Je suis réputée pour être nulle en choix de titre)? L’image choisie va-t-elle me servir ou me desservir? Je vous rassure, ces questions ne peuplent pas mes journées, mais quand même, elles sont là. Mon pessimisme habituel me pousse à répondre par la négative à toutes ces questions. Que c’est dur d’attendre!

concours


Cet article vous a plu? Alors commentez-le ou partagez-le!

A bientôt!

Angie

 

 

Faites entendre votre jolie voix!

voix

Faites entendre votre jolie voix!

Elle compte! Elle est intéressante, c’est la vôtre!

Bonjour les amis! Aujourd’hui je voudrais parler avec vous d’une chose importante: votre avis! Il est est parfois difficile de le donner, et d’autre fois c’est un plaisir. On n’a certainement pas envie de blesser la personne en face de nous. A l’inverse, on est ravi de faire des compliments si on est conquit. Quoiqu’il en soit, on a tous un avis. Négatif ou positif, il compte à partir du moment où il est constructif, bienveillant. Il représente non seulement un soutien, mais il aide aussi à avancer! Alors n’hésitez plus à donner de la voix!

Pourquoi commenter ce que je lis?

Que l’on soit lecteur passionné ou lecteur du dimanche, lorsque le livre est terminé, on en pense bien quelque chose. Etait-il bien ou pas, pour commencer? A-t-on aimé ou détesté? A-t-on lu d’une traite ou était-ce laborieux? La fin nous plait ou pas? Trop de dialogues ou pas assez? Des moment d’ennuis? Envie de refermer le livre pour l’abandonner et l’oublier? Adoration totale?

Si un ami demande ce qu’on a pensé de notre dernière lecture, on aura sans doute aucun mal à lui dire. Ce n’est pas cet ami qui l’a écrit après tout. Faire entendre sa voix devient plus délicat si c’est l’auteur lui même qui vient vous demander : »Qu’as-tu pensé de mon roman? ». Mais n’ayez pas peur, s’il vous le demande, c’est probablement qu’il en a besoin^^ Un auteur a besoin des avis de ses lecteurs pour plusieurs raisons:

  • Connaitre l’avis global sur son œuvre: bonne ou mauvaise? Le livre en question a-t-il plu ou déplu?
  • Recueillir des conseils, indications, corrections. Des élément très utiles pour savoir comment faire mieux pour le prochain 🙂
  • Augmenter la visibilité du livre. Plus il est commenté, plus il est susceptible d’intéresser de nouveaux lecteurs^^
  • Se sentir soutenu, encouragé et entouré. Au delà de l’aspect utile, votre avis exprimé montre à l’auteur qu’il n’est pas tout seul 😉

Qui suis-je pour donner mon avis?

On vous dit que votre voix compte, partout, tout le temps. Ce n’est pas toujours vrai car dans pas mal de domaines, on n’a pas notre mot à dire, finalement. En revanche dans le petit monde des auteurs indépendants, c’est vrai! Votre voix est précieuse, on a envie de l’entendre! Qui êtes-vous? Des lecteurs, ni plus ni moins. A ce titre, vous êtes à même de donner votre avis^^

Vous n’avez pas suivi d’études universitaires dans les lettres. Vous ne savez pas écrire des histoires. Vous ne lisez pas beaucoup. Vous n’êtes pas bons en orthographe. Vous n’y connaissez rien en technique d’écriture. Vous n’êtes pas auteur. Et alors? Bien qu’il soit parfaitement compréhensible que l’une ou l’autre de ces raisons puisse vous bloquer, ce n’est pas justifié 🙂 Rassurez-vous, le seul fait que vous ayez lu le livre suffit. A vrai dire, même une impression générale suffit. Ne doutez pas de vous et foncez! Chaque avis est précieux.

Et si je n’ai pas aimé?

Eh bien si vous n’avez pas aimé vous en avez le droit. Et vous avez certainement aussi des raisons. C’est pour cela que les avis négatifs, ou en partie négatifs, sont tout aussi utiles que les positifs. On avance pas si tout le monde nous dit qu’on est super. D’abord parce que ce n’est pas vrai, même si on a le droit de se faire du bien, on le sait nous, que ce n’est pas parfait^^ Mais on ne sait pas toujours précisément pourquoi. Et parfois on pense avoir foiré un passage, alors que c’est un autre qui coince, aux yeux des lecteurs. Bref, un avis négatif, ou en tout cas pas 100% positif, s’il est constructif, est aussi légitime que les autres. Donc si vous n’avez pas aimé, cela ne doit pas vous empêcher de commenter.

Comment donner mon avis alors?

Grâce à internet, faire entendre sa voix n’a jamais été aussi simple. Pour commencer, le blog de l’auteur s’il en a un (j’en ai un ici^^) est un excellent endroit pour commenter son livre ou ses autres textes. Ensuite, le site où vous avez acheté le livre, comme Amazon par exemple, est tout indiqué. En effet, les commentaires sur Amazon sont bien visibles et augmentent la côte du livre.

Sur un autre plan, les réseaux sociaux sont également présents pour recueillir vos avis. Facebook, Twitter, Scribay et consorts permettent de s’exprimer de manière visible, et en plus de discuter avec l’auteur. Vous pouvez opter pour les messages privés, autre solution pour les plus timides 😉 Et sans doute la meilleure pour nouer un vraie relation avec l’auteur!

Bien sur, s’il vous est possible de croiser l’auteur, si vous le connaissez par exemple, vous pouvez lui donner votre avis de vive voix! Rappelons que le bouche à oreille reste, même aujourd’hui, un mode de communication^^


Pour finir, je tiens à remercier les personnes qui ont d’ors et déjà donné leur avis sur L’Ombre des sentiments ou mes autres textes. Les proches, les auteurs et les blogueurs 🙂 Et j’encourage les autres à leur emboiter le pas, n’ayez pas peur^^

Pour lire mes textes gratuits: JE VAIS VOIR CA!

Pour commenter L’Ombre des sentiments sur Amazon: J’Y VAIS TOUT DE SUITE!


Cet article vous a plu? Alors commentez-le ou partagez-le!

A bientôt

Angie

 

 

Les premiers écrits… pourquoi ne surtout pas s’arrêter là?

Les premiers écrits

Les premiers écrits… pourquoi ne surtout pas s’arrêter là?

Les premiers écrits…

Bonjour les amis! Aujourd’hui je souhaite parler avec vous des premiers pas dans l’écriture! Les premiers frissons, les premières angoisses, les premières fiertés aussi tout comme les premières déceptions. En trois mots, les premiers écrits. Je repense aux miens, qui sont vieux maintenant, et à toutes les stupidités que j’ai pu écrire^^ Tout ce qui partait d’une bonne intention mais qui s’avère être très mauvais, ou pas fini. Je repense aux chansons écrites durant l’adolescence, ou aux plaidoyers virtuels composés pour défendre de grandes causes… Tout m’emballait! Je voulais tout écrire! C’est pour ça que j’ai préparé cet article, car non, les premiers pas dans l’écriture ne sont pas forcément synonymes de souffrances^^

L’envie de créer, plus forte que tout!

Le premier récit achevé que j’ai écris date de l’époque du collège, en sixième alors que j’avais 11 ans. Notre professeur nous avait demandé, après avoir passé un trimestre sur ce thème, d’inventer une histoire sous forme de conte de fée, avec le schéma narratif que nous avions appris. J’étais folle de joie! J’adorais tellement raconter des histoires dans ma tête, et là je pouvais en écrire une! Bon je vous passe les détails de l’intrigue, le prince sauve la princesse à la fin, mais j’ai vraiment plus qu’adoré cette expérience! Et la bonne note qui allait avec^^

C’est depuis que j’écris, et je ne me suis jamais arrêtée, prenant gout de plus en plus à explorer la langue française d’une part, mais à explorer aussi les livres et les différents genres. Le français est naturellement devenu ma matière de prédilection. Chaque nouvel apprentissage me permettait de tester de nouvelles choses chez moi, sur mes cahiers de brouillon (oui vous vous souvenez? Ceux avec les tables de multiplications au dos^^). Bref, ce que je voulais, c’était avoir toujours plus de moyens de m’exprimer, de raconter mes histoires et en somme, de créer. Le lycée n’a fait que confirmer ma vocation 🙂

Devenir adulte, voir ses écrits différemment

Puis un jour, patatra! On grandit et on ne voit plus du tout ses œuvres du même œil. On devient adulte, et nos exigences augmentent. J’ai condamné aussitôt bon nombre de mes premiers écrits, mauvais ou très nian nian, me disant que je ne voulais plus écrire comme ça. Petit à petit, je me suis mise à écrire moins, à réfléchir bien plus et du coup à me poser des tas de questions! Pendant quelques temps, je fus même incapable de coucher le moindre mot sur le papier. Clairement, je me prenais trop la tête, je m’angoissais pour faire « bien », et du coup je ne faisais rien. Ah et puis, j’ai voulu trouver un style, j’en ai testé plusieurs mais naturellement, ça ne fonctionnait pas mieux.

Petit à petit j’ai commencé à douter de ma capacité, et à me dire que j’étais nulle. Après tout, je n’achevais jamais rien, mes idées retombaient comme des soufflets au bout de 2 paragraphes etc. Qu’est-ce que je me suis torturée! Et le fait de n’avoir personne pratiquant activité autour de moi n’aidait pas. C’est à ce moment là que j’ai eu l’idée de rentrer à l’université. Pour moi, je manquais cruellement de technique, d’apprentissages… Et c’était tout ce dont j’avais besoin pour recommencer à vibrer en écrivant, toujours selon moi.

Libérée, délivrée, bien avant Elsa

Vous connaissez la chanson? Qui ne la connais pas^^ C’est la chose la plus importante que l’université m’a permis de réaliser: il faut se libérer pour avoir du plaisir à écrire. Se libérer. Grâce à une prof formidable, j’ai réussi à entamer un processus d’écriture dénué de peur, motivé uniquement par l’envie. Rien de magique et elle ne m’a même jamais prise en tête à tête pour m’aider, c’est sa façon de nous amener à écrire qui m’a libérée. Le nom de son cours: Lis tes ratures. Car voilà comment elle voyait les choses, la littérature, l’écriture, ne sont qu’une somme de tentatives qui aboutissent à une histoire finie. Partant de là, faire mal, ne pas finir, ne représente pas un obstacle, au contraire, mais plutôt une construction.

En me servant de mes échecs au lieu de les cacher et d’en avoir peur, je me suis débloquée d’une part et j’ai commencé à m’améliorer d’autre part. J’ai même commencé à affronter l’avis des autres, chose qui me tétanisais.

Plus on écrit, plus on écrit^^

Une fois libéré de ses chaines, on peut enfin écrire! Et tout tenter! Comme l’appétit qui vient en mangeant, plus on écrit, plus on a envie d’écrire. Le processus devient plus facile au fur et à mesure et l’on attend fébrilement le moment dans la journée où l’on va enfin pouvoir s’y mettre^^ Et puis un jour on en arrive même à être satisfait de ce qu’on l’on vient de produire 🙂 Simplement, il ne faut pas lâcher.

Ainsi, je me suis mise à écrire des nouvelles et un peu de poésie. Des textes courts qui m’ont aidés à prendre confiance en moi. Et un jour, j’ai écris mon roman et je l’ai terminé, bon il est court c’est vrai, mais il a une fin! Depuis lors, j’ai entamé plusieurs projets, toujours menés aujourd’hui et de nouveaux sont arrivés. Je vous en parle régulièrement sur les réseaux sociaux d’ailleurs^^

N’hésitez pas, à ce propos, à aller lire les textes courts et gratuits que je propose dans la galerie: Je vais voir!

Pour finir, si je peux donner un conseil, c’est de continuer à écrire, ne pas lâcher. Les efforts et le travail finissent toujours par donner des résultats. Alors faites vous plaisir et écrivez!


Cet article vous a plus? Alors partagez-le ou commentez-le^^

A bientôt

Angie

Découvrez moi dans deux nouvelles interviews!

Découvrez moi dans deux nouvelles interviews!Découvrez moi dans deux nouvelles interviews!

Julie et Alexia m’ont donné l’opportunité de répondre à leurs questions!

Bonjour les amis! Je me suis trouvée fort occupée ces derniers temps et je n’ai pas vu le temps passer, presque un mois sans article! C’est long! Aujourd’hui je réunis pour vous mes deux dernières interviews réalisées par des blogueuses super sympas!

J’ai simplement répondu aux appels à interviews, Julie et Alexia m’ont ensuite envoyé leurs questions. Bien sûr ces deux blogueuses mènent leurs activités indépendamment, il ne s’agit pas ici d’un duo^^ Mais tout bêtement, les deux interviews sont sorties avec un seul jour de différence^^

L’interview, un bon moyen de s’exprimer!

C’est toujours un plaisir de répondre aux questions des blogueuses qui acceptent de m’interviewer, car ça me permet de me présenter et de parler de mes activités ou de mes projets. Le grand intérêt est que d’autres personnes, que je ne connais pas, vont lire également ces interviews^^ C’est une aide vraiment très sympathique pour se faire connaitre un petit peu 🙂 . Je remercie Julie et Alexia pour cette opportunité!

Je vous propose de découvrir sans plus attendre l’interview réalisée par Julie, sur son blog : JE VAIS VOIR CA!

Et maintenant l’interview réalisée par Alexia, sur son blog: JE VAIS VOIR CA!

J’espère qu’elle vont auront plu autant qu’à moi! 🙂

Encore merci, Julie et Alexia, pour votre intérêt, votre temps et votre super travail!


Suivez l’actualité de Julie sur son Blog! , et son compte Twitter!

Suivez également l’actualité d’Alexia sur son Blog! , son compte Twitter!   et sa page Facebook!


Vous avez aimé cet article? Alors partagez-le ou commentez-le! 🙂

A bientôt!

Angie