Qui est Anaïs W. ? Portrait + interview de l’auteure!

Anaïs

Qui est Anaïs W. ? Portrait + Interview de l’auteure!

Une auteure auto-éditée qui gagne à être connue!

 

Bonjour les amis! Aujourd’hui je vous présente l’auteure Anaïs W., à travers un portrait et une interview en trois questions! Vous vous demandez qui est cette jeune femme blonde et souriante sur la photo? C’est elle, Anaïs W., et comme vous le voyez, c’est une femme éclatante et radieuse! Découvrez-là au fil de l’article et n’hésitez pas à consulter son site internet: www.leslivresdanaisw.fr .

Petit rappel, « L’espoir au corps » sort le 23 Septembre 2017!

 

Anaïs W., qui est-elle?

Afin de vous permettre de mieux connaitre Anaïs, voici un court portrait qui retrace son parcours d’auteure. De la naissance de sa passion pour l’écriture jusqu’à aujourd’hui, suivez son chemin et apprenez à la connaitre:

« Anaïs W. commence à écrire des histoires à l’âge de 12 ans, et se passionne très vite pour l’écriture. Une passion qui s’intensifie pendant l’adolescence, où l’écriture se révèle être plus qu’un besoin. Une vocation était née? Sans doute, puisque c’est à cette période qu’Anaïs débute son travail sur « Au delà des tours », qui sera son premier roman des années plus tard.

C’est en 2015 que la vie d’auteure démarre pour Anaïs! Elle achève son roman « Au delà des tours » et le publie en auto-édition. Un livre qui plait, une histoire qui vous rentre dedans et la jeune auteure indépendante se crée son petit lectorat. Les tourments de l’adolescence, de surcroit en milieu précaire, ont su toucher les lecteurs d' »Au delà des tours ».

L’année suivante, en 2016 donc, Anaïs publie un second roman « Débolis Héyavé », plus court que son grand frère pour une histoire touchante et bouleversante. Cet adolescent a su, lui aussi, emmener les lecteurs dans son univers.

Petit à petit et à force de travail, Anaïs W. est parvenue à élargir le nombre de ses lecteurs. Elle se révèle également être une auteure généreuse, qui n’hésite pas à questionner ses lecteurs, à prendre les avis en compte et surtout, à partager sa vie d’auteure! Comme je le disais, elle gagne à être connue, et à encore beaucoup à donner. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’elle donne des séances de dédicaces régulières, et participe à des salons littéraires.

En tant qu’auteure, Anaïs W. tient à toucher ses lecteurs. Elle écrit donc des romans réalistes, au plus près des sentiments et des émotions de ses personnages. Sentiments qu’elle dissèque et ausculte avec précision, ce qui fait la force de sa plume.

Cette année, elle se lance un nouveau défi avec la publication d’un troisième roman! Terminé les ados, elle s’attaque aux adultes et s’en sort brillamment. En effet, avec la sortie prochaine de « L’espoir au corps », Anaïs W. change d’univers, les problématiques ne sont plus les mêmes, les enjeux non plus. Un renouvellement qui sent bon le frais, avec une plume intacte, toujours précise et profonde, qui a simplement gagné en maturité. »

 

 LIRE LES PREMIERS CHAPITRES DE « L’ESPOIR AU CORPS »

(lien partenaire)

partenaire


Trois questions à Anaïs W. !

Et maintenant place à l’interview! Anaïs W. a eu la gentillesse de répondre à mes trois questions, pensées pour lui permettre de s’exprimer! Apprenez à la connaitre encore un petit peu mieux à travers ses réponses! Merci à Anaïs de s’être prêtée au jeu^^

1- Anaïs W., tu es une jeune auteure indépendante, pourquoi avoir choisi l’auto-édition?

L’envie de m’auto-éditer, c’est simplement que je ne voulais confier mon premier roman à personne ! C’était mon bébé, le fruit d’années de travail et je voulais le porter par moi-même.

Honnêtement, si les premiers lecteurs d' »Au-delà des tours » m’avaient dit « c’est atroce comme bouquin, arrête le carnage », je n’aurai pas insisté. Mais les retours ont été très positifs. Huit mois plus tard, j’ai alors publié « Débolis Héyavé » à nouveau en auto-édition. Là encore, si on m’avait dit « ton style a de grosses faiblesses, tu devrais le faire relire par des professionnels », j’aurais peut-être pensé à collaborer avec un éditeur. Mais je n’ai rien entendu de tout ça et les commentaires étaient toujours très bons !

Bien entendu, quand on fait tout toute seule, ce n’est pas parfait. Mais je vais vous dire, quand j’achète un livre édité et qu’il manque trois pages à l’édition ou que je trouve des coquilles, quand je vois certaines couvertures… Eh bien, j’ai confiance en mon travail. 🙂

Aujourd’hui, j’ai toujours le choix d’envoyer mes manuscrits à des maisons d’édition mais je ne le fais pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’aime mon indépendance. J’aime avoir le contrôle de ce que j’écris, savoir à qui je vends mes livres, pouvoir contacter mes lecteurs. Je n’ai certes pas la diffusion nationale de mes livres en librairie… mais ce n’est qu’une question de temps. Je dois juste trouver comment faire. 😉

Et si une maison d’édition me contacte ? Mhh, c’est à voir ! Cela dépendra du contrat qui m’est proposé et de la transparence de ce dernier.

2- Tu as créé ton entreprise, quelles sont tes ambitions pour l’avenir?

Des ambitions, ou des idées, je n’en manque pas ! Il y a bien entendu la diffusion et la promotion de mes livres pour rencontrer de nouveaux lecteurs, mais j’ai aussi d’autres projets.

Une fois mon troisième livre sortit, je souhaiterais développer une formation pour les auteurs sur les séances de dédicace. Faire des signatures marche très bien pour moi et me permet presque de vivre de ma passion. J’en ai beaucoup parlé sur mon blog et de nombreux auteurs sont venus me voir. À travers leurs questions, j’ai découvert que peu d’auteurs osaient faire des séances de dédicace parce qu’ils ne savent pas comment s’y prendre. J’aimerais donc les aider avec une formation complète sur ce sujet.

Toujours dans le domaine des dédicaces, j’envisage une grande tournée de France ! Un projet un peu fou mais tellement excitant ! Des lecteurs me demandent régulièrement quand est-ce que je viens à tel ou tel endroit pour dédicacer mes livres, et j’ai très envie de découvrir les différentes régions de mon pays. Alors, pourquoi pas une tournée ! Cela demande de nombreux préparatifs et j’espère pouvoir commencer mon périple en 2018 ou 2019. J’envisage d’être sur la route pendant un an et j’espère que les lecteurs seront au rendez-vous !

3- Pour finir, la sortie de « L’espoir au corps » approche (23/09), peux-tu nous en dire plus sur ce nouveau roman?

Mon troisième livre L’espoir au corps est à la base aussi une grande « ambition ». D’abord, j’ai fait un réel travail lors de l’écriture pour améliorer mon style, le rendre plus fluide et plus abordable. D’après mes relecteurs, il semble que j’ai relevé le défi ! Ensuite, il y a les sujets que j’ai décidé d’aborder, des sujets forts qui me tenaient à cœur.

Il y a d’un côté le deuil, celui de Kalinda. Elle a perdu ses parents et, pour être capable d’éduquer ses jeunes frères et sœurs sans s’effondrer, elle est dans le déni total. Elle a ainsi tiré un trait sur son avenir et compte sacrifier sa vie pour sa famille. Plus facile à dire qu’à faire ! Elle ne s’y résout donc pas complètement, et à la douleur du deuil qu’elle refuse de faire, se mêlent la frustration et la peur de finir vieille fille avant l’âge. Il faudra un pneu crevé et la rencontre de Daniel pour que l’espoir renaisse…

À travers le personnage de Daniel, j’ai voulu parler d’un deuxième sujet qui est important pour moi, celui du VIH. J’ai fait des études en biologie sur les virus et je connais bien tout ce qui concerne la transmission et le développement du VIH… Mais ce n’est pas de la biologie dont j’ai voulu parler dans L’espoir au corps. J’ai voulu parler de l’humain : comment grandit-on avec le VIH ? Comment aime-t-on ? Quel avenir peut-on avoir ? Avec l’histoire de Daniel, j’ai souhaité répondre à ses questions, tout en distillant des informations plus médicales sur cette maladie. C’était vraiment important pour moi. En effet, quand je lis qu’en 2017, 22 % des Français pensent que l’on peut guérir de ce virus, je suis horrifiée ! Comment peut-on enrayer cette maladie avec de telle croyance ? Alors si mon roman, en trame de fond, peut sensibiliser toutes les personnes qui le liront sur la question du VIH, j’en serai très heureuse.

Finalement, L’espoir au corps, c’est un appel à la tolérance : d’abord la tolérance des personnes que nous côtoyons. Nous ne savons pas toujours ce qu’elles ont traversé et nous devons garder l’esprit ouvert. Puis bien sûr, la tolérance des personnes séropositives. Le VIH aujourd’hui n’est plus seulement le résultat d’un comportement déviant. C’est surtout un problème de prévention et de mauvaises informations.

Voici ce que je peux vous dire de plus sur ce roman à paraître le 23 septembre :-


Alors, charmés, curieux de lire cette auteure?

J’espère que cet article vous a permis d’en savoir plus sur Anaïs W. et son œuvre, notamment « L’espoir au corps », qui viendra rejoindre « Au delà des tours »  et « Débolis Héyavé » .

Sortie le 23 Septembre 2017

Prévente dès le 15 Aout 2017

Je vous dit à très bientôt pour vous parler des bons plans de la prévente de « L’espoir au corps »!


Cet article vous a plu? Alors commentez-le ou partagez-le!

A bientôt

Angie

2 réflexions au sujet de « Qui est Anaïs W. ? Portrait + interview de l’auteure! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *