6 bonnes raisons de lire « Juste Puni », d’Anaïs W. !

6 bonnes raisons de lire « Juste Puni », d’Anaïs W. !

 

Bonjour les amis! Comment se passe cette rentrée? De mon côté tout va très bien! La sortie officielle de « Juste Puni », le 29 septembre 2018, approche à grands pas, la prévente du livre broché s’est bien déroulée, mais pourquoi s’arrêter là? Comme l’année dernière pour la sortie de  « L’espoir au corps », Anaïs et moi-même avons voulu vous présenter son roman d’une manière un peu décalée et originale! C’est pourquoi à l’occasion de la prévente ebook de « Juste Puni », du 22 au 29 septembre, je vous propose six raisons de le découvrir! C’est parti en images…

 

Précommander mon exemplaire broché de « Juste Puni »

 

6 images… 6 raisons d’être curieux !

 

Oui, comme l’année dernière, cette présentation se fait en images! Anaïs et moi avons sélectionné six images issues du roman, avec les extraits correspondants. C’est une façon simple, ludique et rapide de découvrir un roman aussi fort et poignant que « Juste Puni ». J’espère vous plonger dans l’univers du jeune Mathieu, à travers ces passages retranscrits en images! Ils n’ont pas été choisis au hasard, et représentent des choses importantes pour Mathieu. Qu’il s’agisse d’éléments de son quotidien, ou de moments forts du roman, ces six clichés ont tous un petit quelque chose de particulier qui a retenu mon attention.

Soyez donc curieux, et explorez  l’ambiance de « Juste puni » en quelques regards, quelques battements de cils! Si vous l’avez reçu suite à la prévente, et déjà lu, n’hésitez pas à donner votre avis sur les images suivantes en commentaire, pour voir si vos impressions sont les mêmes que les miennes! 😉

 

Mathieu, « Juste Puni »

 

 

« – Qu’est-ce que tu sous-entends Amory ?! Pourquoi tu dis que je suis un menteur ? J’ai bien le droit d’avoir une vie privée !

Une bombe. Jamais encore Amory n’était entré dans une fureur aussi noire. Il s’arrête net et se retourne, le visage déchiré par l’indignation.

– De la boxe ! vocifère-t-il. Tu vas me faire gober que tu fais de la boxe ? C’est incroyable ! T’en as même pas la carrure, et y’a pas un foutu type que je connaisse qui a une passion en l’affichant si peu ! T’es le seul à ne pas exposer tes trophées, tes photos ! Tu as vu la chambre de Quentin, celle d’Éric, hein ? Tu les as vues ?! »

 

 

 

« Je jette un œil à la guitare, belle et attirante… Après plusieurs secondes de lutte acharnée, mes doigts s’en approchent, aimantés. Mon esprit se perd au contact du métal froid des cordes. Les souvenirs affluent, m’envahissent. Les accords appris sur le qui-vive, la libération de chaque partition achevée dans l’illégalité, la musique porteuse de délivrance remplaçant la lame tranchante. La guitare, la première passion de ma vie, celle pour laquelle je me serais le plus battu. »

 

 

 

 

 

« À l’affût, j’appuie sur l’interphone. Dans le reflet de la porte vitrée, je remarque que je saigne. Je tâte ma lèvre d’une main tremblante : du sang se répand sur mes doigts. Je me sers de mon jean comme torchon tout en parcourant la rue d’un regard. Même s’il est tard, je ne voudrais pas que l’on me surprenne à moitié à poil et amoché en bas de chez moi. »

 

 

 

 

 

« Quinze minutes pour m’habiller, je n’ai plus le temps de déjeuner, si je veux rejoindre l’arrêt de bus sans courir. Dès le premier regard d’Amory, les choses tournent au vinaigre. La fatigue et l’angoisse me poussent dans les extrêmes et je dis avoir fait une mauvaise chute en essayant le skate de nuit. Éric se marre, Quentin fait une moue perplexe et Amory s’étouffe de colère. »

 

 

 

 

 

« C’est si simple de toucher quelqu’un, pourquoi ne suis-je pas capable de franchir ce cap ? La chaleur humaine, celle qu’une mère peut apporter, les bisous et les câlins que je ne connaîtrai jamais. Aujourd’hui, il n’y a qu’Amandine pour me l’apprendre et elle le souhaite par-dessus tout. Moi, je m’y oppose de tout mon corps. »

 

 

 

 

 

« Non, je ne pourrai pas être sous la coupe de mon géniteur toute ma vie. Ce qui se passe en ce moment en est la preuve : je préfère aller outre ses menaces et poursuivre le chemin que j’ai emprunté, en restant avec ma petite bande d’amis. »

 

 

 


Vous avez maintenant 6 bonnes raisons de vous ruer sur « Juste Puni » !

 

Que pensez-vous de ces images? Vous posent-elles question? Vous donnent-elle envie d’en savoir plus sur ce roman, ce personnage? Vous êtes curieux maintenant? Mais vous voulez tout de même plus de détails sur « Juste puni? Aucun problème, c’est avec plaisir, retrouvez ma chronique ici!

Ces images, vous vous en rendrez compte en lisant le livre, sont symboliques. Entre passion, mensonge, crainte, violence, amour et amitié, tout est représenté ici ou presque. Anaïs et moi vous offrons un beau panorama de l’univers de Mathieu, déjà riche en émotions! Il n’est pas simple d’aborder une telle histoire sous un angle léger, rien de tel, dans ces conditions, que de se poser pour regarder quelques minutes. J’espère que cette manière de présenter un roman vous séduit 😉

Laquelle a retenu votre attention?


Prévente ebook, par ici!

La prévente ebook de « Juste puni » a démarré samedi et dure encore quelques jours! Si vous êtes adepte de la liseuse, ou que vous avez un petit budget, la version numérique du roman est faite pour vous! Tout le monde peut lire « Juste Puni », il n’y a pas de raison! Avec un tout petit prix de 0.99 €, vous avez le droit de craquer! 🙂

Précommander mon ebook de « Juste Puni »

 

N’oubliez pas, c’est du 22 au 28 septembre 2018 !


Cet article est terminé, j’espère qu’il vous a plu et rendu curieux! N’hésitez pas à acheter « Juste Puni », que ce soit dans sa version brochée ou numérique! Je vous dis à bientôt pour un nouvel article sur l’auto-édition low-cost^^


Cet article vous a plus? Alors partagez-le ou commentez-le!

À bientôt!

Angie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site.